Si la profondeur du texte, l’originalité du style et l’authenticité du rythme définissent le talent d’un rappeur, qui saura faire mieux qu’Akhlou Brick ? Ara et Deyza ne rappent plus. Ils sont entrain d’orienter le hip hop sénégalais, et ceci à un moment où le public commençait à se perdre dans les dédales d’un nouveau style de rap imposé par des artistes qui, disent-ils, veulent innover.

Si l’innovation est ce qui fait la différence en matière musicale, qui ose comparer ces deux opus à une toute autre production ? “Popcorn” est un cocktail de spiritualité mixé avec des sonorités époustouflantes, “miin ma” un hymne pour tous ceux qui, bien qu’en couple, ne goûtent plus aux délices de l’amour. Celui-ci chante ce qui devrait faire de l’homme un élément pensant alors que celui-là peint le portrait de l’amoureux déçu, parce que frustré par l’être aimé.

” Il arrive que je chante pour que tu te départes de ton esprit buté ! “, confie deyza en guise de provocation. Comme quoi ces deux titres remettent en question le débat de la “déliquescence annoncée” du rap sénégalais. En vérité, le hip hop sénégalais est loin d’être mort, il avait juste besoin d’un ressourcement purificateur, ce que viennent de lui procurer les deux enfants terribles de Mbour. Pour la première fois dans l’histoire de la musique sénégalaise, deux titres sortent le même jour, la même heure, et occupent la première place dans les tendances. La révolution du rap sénégalais aura bien lieu…

Maam Cheikh ( Dakar Direct )

Laisser un commentaire